Catégories Référencement naturel

Est ce que les contenus cachés sont pris en compte par Google ?


Police Google

Si nous connaissons les décisions prises par Google face aux sites appliquant des techniques telles que le cloaking ou le keyword stuffing, le moteur de recherche n’a pas encore fourni d’informations précises sur les impacts de certaines pratiques SEO, parmi lesquelles on peut citer la mise en place de contenu caché. Pour de nombreux référenceurs, proposer un système d’onglet ou d’accordéon pour cacher partiellement un article peut entraîner de mauvaises répercussions sur le référencement d’une page web. Cependant, il n’existe aucune preuve concrète permettant d’affirmer le côté anti-SEO de cette méthode. Pour plus d’informations sur les éventuelles répercussions de cette dernière sur le référencement de votre site web, je vous invite à consulter les réponses fournies par John Mueller de chez Google, lors d’une session de questions / réponses réalisée avec la communauté SEO.

Les contenus cachés et leurs impacts selon John Mueller

Le 31 mars 2020, John Mueller a décidé de répondre aux nombreuses questions que la communauté SEO se pose sur la chaîne YouTube de Google.

Durant cette session, le webmaster trends analyst a fourni de plus amples informations sur les impacts d’une technique couramment utilisée, notamment sur les sites mobiles, consistant à cacher des textes derrière des onglets ou des accordéons.

Comme dit précédemment, de nombreux spécialistes en référencement estiment que cette méthode est anti-SEO, dans la mesure où elle réduit significativement les chances de consultation d’un contenu par les internautes et empêche, dans certains cas, l’analyse des bots de Google.

Selon John Mueller, Google prend en compte tout contenu visible dans le code HTML d’une page, ainsi que tout contenu pouvant être visible pour les utilisateurs.

Le webmaster trends analyst du moteur de recherche a également ajouté que les textes partiellement cachés dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur sont analysés systématiquement, dès lors qu’ils peuvent être consultés par les internautes.

Une situation qui a changé après le lancement de l’index mobile-first

Si les réponses délivrées par John Mueller à la communauté SEO ont éclairci la position de Google sur la prise en compte d’un texte dissimulé par un onglet ou un accordéon, il faut savoir que le moteur de recherche était plus ou moins réticent à dévoiler la manière dont ses robots traitaient ce type de contenu caché, avant le déploiement de l’index mobile-first.

En effet, ce n’est qu’après le lancement de cette nouvelle méthode d’indexation que les premières précisions concernant les contenus cachés ont été divulguées par le moteur de recherche. En 2016, Gary Illyes a déclaré qu’avec l’index mobile first, le poids de tout contenu caché dans l’optique d’améliorer l’expérience utilisateur devrait être similaire à celui des articles classiques.

Pour vous donner une idée d’un contenu caché, je vous invite à consulter la page d’accueil de WP Rank ou encore les pages catégories de mon thème SeoPresta. Ces pages comprennent un texte caché derrière un bouton « En savoir + », mais ce texte est visible dans le code HTML et peut donc être pris en compte par les bots de Google.

À l’instar d’un iceberg, un contenu caché, comme celui de l’accueil de WP Rank, vous dévoile essentiellement une partie assez restreinte des informations auxquelles vous pouvez accéder. Dans le cas où vous souhaitez poursuivre votre lecture et atteindre la partie immergée de l’iceberg, il vous suffit de cliquer sur un bouton pouvant se présenter de différentes manières : « en savoir plus », « plus d’infos », etc.

La technique consistant à dissimuler un contenu derrière un bouton se présente comme une excellente solution pour intégrer un contenu long et riche sur une page, sans pour autant la surcharger. Elle peut améliorer significativement l’expérience utilisateur ! S’il n’est pas possible en terme d’esthétique et d’UX d’intégrer un trop gros texte sur une page d’accueil, plutôt que de ne pas en mettre, autant le cacher derrière un bouton. Même si Google donne moins de poids SEO à un texte caché qu’à un texte visible, je pars du principe où cela est mieux que rien !

Pour encourager les utilisateurs à continuer leur lecture, je vous conseille de capter efficacement leur attention en délivrant un excellent aperçu de votre contenu et de l’utilité de celui-ci, au niveau de la « partie émergée ».

Comment cacher un contenu ?

Pour cacher partiellement un contenu, il est possible d’opter pour le langage CSS, JavaScript ou HTML. Vous pouvez mettre en place la règle CSS display : none, visibility : hidden ou la balise HTML TextArea.

Sachez que l’algorithme de Google prend en charge les codes CSS, JavaScript, HTML. Quel que soit le langage utilisé, vous ne risquez donc pas d’empêcher le crawl de votre contenu par les robots du moteur de recherche et d’impacter sur le SEO de votre site web.